Histoire


Une histoire de plus que 250 ans

Mathias Wilhelm ouvrit l’auberge en 1738 et en 1746, Wilhelm pouvait s’acquitter d´un premier versement pour acheter la maison et quand, en 1749, sa femme, Regina Schmid, lui donna une fille, le registre de baptêmes indiquait sous sa profession «citoyen et aubergiste». Quand il meurt en 1769, sa veuve doit s´atteler à la tâche. Elle résista à toutes les adversités du destin et quand elle s’éteignait le 31 mars 1785, son fils, Josef Wilhelm, lui succédait.

Après sa mort, la maison et l’auberge furent vendues à un certain Josef Laurent, sur lequel nous ne possédons aucune information. C’est en 1834 que Laurent céda la propriété au propriétaire d´une auberge «au bouquet de feuillage», Christian Hummel. Il faisait tout pour que la petite auberge gagne en importance et attire du monde. Ses efforts furent couronnés de succès quand enfin, il obtenait l’autorisation de proposer des repas chauds ce que les habitués du marché demandaient depuis longtemps.

Durant presque 60 ans, les Hummel, père et fils, restèrent aux commandes de l’auberge, Eduard Hummel acheta en 1870, l’autre moitié de la maison au cordonnier, Johann Schmid, pour le montant de 12.000 florins. Quand en 1863, son père lui céda la maison, il transformait tout le rez-de-chaussée en auberge. C’est ainsi que la «Weinstube» est connue par tous les habitants de Fribourg. Le «Hummele sur la place de la cathédrale» était réputé parmi les habitants.

Elise et Karl Oberkirch ont acheté la maison en 1936 tout en préservant la «Weinstube». Selon la légende, Karl Oberkirch aurait, durant le grand bombardement aérien de Fribourg en 1944, éteint l’incendie qui s’était déclaré dans la Maison des Marchands, avec le vin de sa cave.
La maison «Oberkirch» restait miraculeusement indemne.

En 1951, un autre bâtiment fut construit: l’ancienne écurie du palais des Sickings (aujourd’hui le tribunal du land) fut complètement ravagée par un incendie durant la guerre et reconstruite comme hôtel. En 1951 fut célébrée son ouverture.

Helga Oberkirch épousa Herbert Johner en 1957. A partir de cette époque, ils travaillaient tout les deux dans l’établissement qu’ils prenaient en gérance en 1967 avant de le reprendre en 1984.

En 1991, leur fils Helmut Johner reprit la maison familiale et restait à la tête de l’hôtel et du restaurant jusqu’à sa mort en 1997. En 1992 la maison sur la place de la cathédrale fut en grande partie rénové de sorte que les chambres d´hôtel et salles de restaurant offrent aujourd’hui tout le confort d’une maison moderne tout en préservant l’ambiance d’un etablissement de tradition.

Depuis 1998, Doris Hunn gère l’établissement – le «Oberkirch» et sa longue tradition poursuit son ascension …